QUADRO s’engage pour la science et la recherche

©Kertu - stock.adobe.com

En 2008, des chercheurs de la NASA ont lâché des canards en plastique dans un glacier du Groenland afin de suivre les mouvements des eaux de fonte. Leur objectif : obtenir des informations sur la vitesse de fonte du glacier, provoquée par le réchauffement climatique. Ils espéraient que les canards suivraient les canaux qui se cachent dans les entrailles du glacier pour réapparaître ensuite, quelque part en mer. Malheureusement, les petits canards n’ont jamais été retrouvés, vraisemblablement coincés sous la glace.[1] Quelques années plus tard, une équipe de chercheurs du pays de Galles a développé cette idée en utilisant un « œuf de glace » et une structure QUADRO – et obtenu de très bons résultats. Si vous voulez en savoir plus sur ces recherches et la manière dont les chercheurs, s’ils ne sauvent pas le monde, font tout de même un pas dans la bonne direction, poursuivez votre lecture !

© christiane65 – stock.adobe.com

En 2018, l’équipe de QUADRO Royaume-Uni reçoit un e-mail de Mike Prior-Jones, chercheur de l’institut des sciences de la terre et d’océanologie de l’université de Cardiff, au pays de Galles. Il sollicite l’aide de QUADRO dans le cadre de l’expédition que son équipe organise au Groenland. « Sciences et recherche ? », nous sommes-nous demandé... « Oui, nous sommes partants, évidemment ! » Quelques semaines plus tard, Mike rejoignait une île de l’océan Arctique – avec une structure QUADRO dans ses bagages.

L’équipe de chercheurs explore les « tuyaux » d’un glacier, invisibles de l’extérieur : un système complexe de fissures, crevasses et canaux. Elle recueille des données relatives à la température, à la pression et à la conductivité électrique de l’eau sur le lit du glacier. Ces informations permettent aux scientifiques de déduire comment et dans quelle mesure les glaciers pourraient se rétracter en raison de la hausse des températures. On peut ainsi mieux évaluer la hausse du niveau des mers due à la fonte des glaces.

Moulin © BauhoferProductions – stock.adobe.com

Jusqu’à présent, les données étaient collectées à l’aide de capteurs filaires, descendus dans ce que l’on appelle des moulins. En glaciologie, un moulin correspond à la bonde de votre baignoire : l’eau de fonte de la surface du glacier s’évacue, dans un mouvement rotatif, par une sorte de canal. Mais dans ces canaux, la vitesse de l’eau augmente et les câbles des capteurs finissaient toujours par s’emmêler ou se rompre. Afin de contourner ce problème, Mike Prior-Jones et Liz Bagshaw, de l’université de Cardiff, ont mis au point un capteur de glacier sans fil, baptisé Cryoegg (littéralement « œuf de glace »). Ce capteur transmet les informations par radio depuis les profondeurs du glacier – en temps réel.

À gauche : l’intérieur du Cryoegg. À droite : l’armature QUADRO et l’antenne. © Mike Prior-Jones, Cambridge University Press

Abrité dans une sphère en plastique technique, le capteur fonctionne comme les appareils de mesure intelligents utilisés sur les chauffages de nouvelle génération, interrogeables à distance. Installé à 1,3 km sous la surface de la Terre, le Cryoegg transmet les données à une antenne située sur la glace.

Et c’est là que QUADRO entre en scène : « Comment installer l’antenne de sorte que les conditions météorologiques extrêmes du Groenland ne l’affectent pas ? », se sont demandé les scientifiques. Après quelques recherches sur internet, il s’est avéré qu’une structure QUADRO offrait la meilleure solution. Mike nous a contactés et nous avons mis au point ensemble une armature dans laquelle l’antenne pouvait être suspendue. Ses collègues ont été stupéfaits lorsqu’ils ont vu la structure en service, même si leur travail les a habitués à improviser sans cesse, en l’absence de solution toute faite.

Le Cryoegg sur le bureau QUADRO © Mike Prior-Jones, Cambridge University Press

L’utilisation de l’armature QUADRO fut un franc succès : le cadre est suffisamment stable pour supporter le poids de l’antenne tout en étant relativement flexible, ce qui n’est pas négligeable lorsque la surface de la glace n’est pas plane. Elle a aussi résisté sans problème aux températures du Groenland. Une seule fois, les choses ont failli mal tourner : une rafale a renversé toute la structure, car elle n’était pas arrimée assez solidement dans le sol. Mais à la grande surprise du scientifique, soulagé, la cage conçue par QUADRO avait protégé l’antenne, qui s’en est sortie intacte. Une preuve – s’il en fallait – de ce que les kits de construction QUADRO peuvent endurer !

L’armature QUADRO et l’antenne © Mike Prior-Jones, Cambridge University Press

Lorsque les éléments de la structure QUADRO ne servaient pas de support pour l’antenne, les scientifiques s’en sont servi comme chaise de camping ou bureau, en fonction de leurs besoins. Ils ont été totalement séduits par leur polyvalence et sont bien décidés à s’en procurer pour leurs enfants, à la maison ! Car si la structure QUADRO résiste aux intempéries du Groenland, elle peut très bien surmonter l’hiver au jardin. Un système qui ne cède pas aux rafales ne risque pas de lâcher sous les assauts d’enfants pleins de vie. Si nous le savions déjà, les scientifiques de l’université de Cardiff en sont désormais aussi convaincus. Et qui sait, les canards en plastique de la NASA réapparaîtront peut-être un jour, comme une bouteille à la mer resurgissant du passé ?

Mike Prior-Jones au bureau QUADRO © Mike Prior-Jones, Cambridge University Press

Vous souhaitez en savoir plus sur ce projet ?

Découvrez l’étude Cryoegg ici.

Un article de blog rédigé par Mike.

Même la BBC s’est intéressée au projet Cryoegg et à QUADRO.

 

Jonathan Amos: http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/7780200.stm BBC, 21.12.2008.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés